Interview de Dominique CASSAGNAVÈRE
Enseignante spécialisée dans l’aide pédagogique aux élèves en difficulté et référente de scolarité pour les élèves en situation de handicap
Auteur de :
  • De l’oral à l’écrit

et de Françoise ERIKSEN
Enseignante référente de scolarité
Ancienne formatrice en IUFM (Paris)
Auteur de :
  • De l’oral à l’écrit
  • Histoires séquentielles sonores
  • Le Bon Sens des Images, Dimodimage
  • Alphabets à construire
  • Atelier des lettres et des mots, Atelier Mots croisés
  • C’est mon cahier d’écriture

De l’oral à l’écrit est un atelier dirigé qui permet aux enfants de découvrir les relations entre l’oral et l’écrit, c’est-à-dire d’établir les premières correspondances entre « ce qui est dit » et « ce qui est écrit ». À partir d’une histoire lue par l’enseignant, les activités proposées mobilisent les deux composantes du langage en privilégiant la relation qui va de l’oral vers l’écrit.

 

NOUVEAU              

 

Les documents d’accompagnement du Programme de l’école maternelle soulignent qu’en français, « la distance est grande entre le code oral et le code écrit ». Comment amener les enfants à comprendre les relations qui existent entre les deux ?

Le programme rappelle que l’école doit donner à tous une culture commune de la langue orale et écrite. À l’entrée à l’école maternelle, les enfants ont déjà une culture de la langue qui peut être bien différente d’un enfant à l’autre (selon son histoire, son vécu, sa personnalité, son environnement…). L'enfant qui débute l’apprentissage de la lecture aborde donc le monde de l’écrit en ne disposant que d’une certaine maîtrise du langage oral. C'est pourquoi il nous semble essentiel de commencer par rappeler l'importance de l'apprentissage de l'oral tout au long de l'école maternelle car bien souvent, chez certains, c'est un retard de langage oral qui les empêchera d’accéder à la lecture de textes.

Dans notre atelier, avant d'introduire du texte écrit et de faire émerger du sens, l'enseignant commence par mettre en place avec les élèves une situation d'oral à partir de planches illustrées. Le langage oral est la base sur laquelle on construit l’apprentissage de la lecture. L’enfant, naturellement, parle « sans y penser », mais face à l'écrit il doit observer la langue, la transformer en objet de réflexion, ce qui suppose un changement de posture très important.
Ainsi pour l’aider à entrer dans l'écrit, l'enseignant va prendre appui sur des planches phrases et l’amener à faire des liens entre ce qu'il dit et ce qu'il voit, à découvrir et comprendre les principales relations et différences qui existent entre le code oral et le code écrit, c'est-à-dire :
- Percevoir que ce qui se dit peut être écrit, élément par élément, en utilisant un code qui n’est pas lié au sens ;
- Prendre conscience que l’orientation de l’écrit dans l’espace représente le flux de la parole ;
- Pendre conscience que l’écrit est composé de mots séparés les uns des autres par des espaces graphiques blancs alors que l’oral est fait d’énoncés continus.

 

Les activités de votre atelier s’appuient sur des situations qui mettent en lien l’oral et le texte, de manière à « développer et faire interagir différentes stratégies » chez les élèves. Quelles sont ces stratégies ? Pouvez-vous nous donner quelques exemples ?

Au fil des activités mettant en lien l’oral et le texte, l’élève est placé en situation active. Il peut développer et faire interagir différentes stratégies indispensables à l'acte de lire : formuler et vérifier des hypothèses, anticiper, prendre des indices pertinents, établir des correspondances, mémoriser.

Par exemple :

- Il met en lien des informations, il anticipe : « Je me souviens des épisodes précédents pour anticiper sur la suite de l'histoire. »

- Il formule des hypothèses et anticipe : « Je vois une fusée sur l'image, je raconte une histoire de voyage en fusée. »

- Il vérifie les hypothèses émises à l’oral en comparant avec l’écrit : « J'écoute le texte lu par l'enseignant et j'entends le mot "fusée". »

- Il mémorise chaque phrase du texte lu.

- Il prend des indices visuels, établit des correspondances : « Je cherche le mot "fusée" parmi les étiquettes mots. »

- Il prend des indices, établit des correspondances entre oral/écrit et dans l’écrit, il met en lien des informations : « Je repère la majuscule et le point pour chercher le premier et le dernier mot d’une phrase, je recherche les étiquettes mots correspondantes et je reconstitue ces mots avec les jetons lettres. »

L’enjeu est d’amener les élèves à se questionner, à réfléchir à partir de ce qu’ils ont observé, dit et écouté (texte lu par l'enseignant) pour établir les premières relations avec ce qui est écrit.

 

Quelle démarche préconisez-vous pour travailler avec les différents supports ?

Les activités prévues sont progressives et structurées par étapes. Une séance d’activités correspond à un épisode de l’histoire et se déroule en 4 étapes, l'enseignant en évaluera la durée.

Les différents supports seront toujours utilisés dans le même ordre :

- En premier la planche illustration pour permettre un travail sur l’oral : il s’agit de trouver les mots justes, de préciser sa pensée, de faire des phrases correctes et compréhensibles par tous. L’enseignant favorisera la mise en relation entre les différents indices visuels, la formulation d’hypothèses et l’anticipation sur ce qui est écrit.

- Ensuite avec la planche phrase, le texte devient la référence et la base du travail pour découvrir les relations entre l’oral et l’écrit : ce qui se dit peut s’écrire et inversement. Très rapidement la notion de phrase tant à l’oral qu’à l’écrit est introduite et repérée grâce au « chemin de la phrase ». Ce chemin est tracé sur le tableau magnétique de la classe :

Les élèves peuvent faire des liens entre ce qui a été énoncé et écrit, repérer la relation entre quantité d’oral et quantité d’écrit. Ils font interagir les stratégies déjà évoquées.

- Avec les étiquettes mots, les activités de reconstitution de phrases sensibilisent à la segmentation de l'écrit et son orientation de l'espace. En plaçant l'étiquette du premier ou dernier mot d'une phrase, les élèves prennent conscience qu'à un mot de l'oral correspond un mot de l'écrit. En complétant les phrases avec les autres étiquettes mots, ils prélèvent des indices graphiques pertinents pour identifier ou reconnaître un mot.

- Enfin avec les jetons lettres, la reconstitution de mots en lettres capitales permet de travailler la correspondance entre différentes écritures d’une même lettre, de connaître le nom des lettres et de découvrir les rapports son/lettre.

 

Comment s’assurer que tous les élèves progressent au sein des ateliers dirigés par l’enseignant, en particulier les enfants les plus hésitants ?

En premier lieu, le rôle de l’enseignant est déterminant. Il doit mettre tous les élèves en situation active c’est-à-dire les mettre en capacité d'observer, de rechercher, de se questionner, d’analyser, de faire des comparaisons, de vérifier leurs hypothèses, de naviguer entre l’oral et l’écrit et dans l’écrit.
Partir de ce que l’enfant sait et sait faire implique que l’enseignant soit attentif, respectueux du niveau de chaque élève sans aller au-delà. Il donne les moyens de comprendre, il aide et accompagne. Patient et à l’écoute, il favorise les interactions langagières dans le groupe.
Le groupe est également porteur, il enrichit l’expérience de chacun, il a une expertise plus complète et peut donc valider ou pas, après avoir argumenté, une proposition qui lui est soumise. Chaque élève du groupe doit avoir le temps d’expérimenter, de se tromper et de prendre conscience de l’erreur.
Donner au groupe l’autonomie nécessaire reste un point important sur lequel nous revenons tout au long des activités proposées.
Enfin les activités proposées seront différentes suivant la classe d'âge car les objectifs et les compétences à travailler ne seront pas les mêmes pour un enfant de 4 ans et pour un enfant de 5 ans et plus. L’enseignant pourra construire une grille d’évaluation suivant les compétences qu’il aura visées à partir des activités proposées.

 

À découvrir aussi :

 

Le Bon Sens des Mots       
Un atelier d’entraînement conçu pour développer les compétences nécessaires à la construction de phrases simples et à la reconnaissance de mots écrits.

 

Atelier des lettres et des mots      
Un atelier d’entraînement conçu pour familiariser les enfants avec l’écrit et leur faire découvrir son fonctionnement. Comme dans une situation problème, ils peuvent s’aider des mots illustrés et des lettres indices !

 

Éducartes - Animots            NOUVEAU
55 cartes pour jouer avec les noms d’animaux de 2 syllabes, sur le principe du mistigri et du jeu des paires.

 

Logico Primo - Syllabes et mots GS      
16 fiches autocorrectives pour s’entraîner à identifier des syllabes, mettre en relation les syllabes orales et écrites, associer des syllabes pour former des mots. À utiliser avec le support Logico Primo vendu séparément.