Le 12 Novembre 2018

Travailler en groupe

Travailler en groupe

L’école maternelle organise des modalités spécifiques d’apprentissage selon les besoins du groupe classe et ceux de chaque enfant. Le programme précise qu’elle doit permettre à chacun de « se construire comme personne singulière au sein d’un groupe », c’est-à-dire « découvrir le rôle du groupe dans ses propres cheminements, participer à la réalisation de projets communs, apprendre à coopérer. C'est progressivement partager des tâches et prendre des initiatives et des responsabilités au sein du groupe. » Il s’agit pour les enfants de s’insérer dans une communauté de travail et d’apprendre ensemble, à travers des temps collectifs et des temps en petits groupes, sans négliger toutefois les moments de travail individuel.

 

Quels objectifs au travail en groupe ?

Proposer un travail en groupe nécessite que l’enseignant ait bien défini les objectifs à atteindre et que les enfants aient compris les tâches à effectuer.

Philippe Meirieu distingue cinq objectifs du travail en groupe des élèves.

- La finalisation : l'objectif est de faire accéder les élèves à un « besoin de savoir » plus qu'à un savoir. La priorité n’est pas donnée à des apprentissages précis et évaluables (qui eux feront l’objet d’un travail individuel ou collectif postérieur) mais de faire comprendre à chacun l’importance d’effectuer certains apprentissages. Ainsi l’enseignant s’intéressera d’abord aux obstacles et aux difficultés que le groupe a rencontrés pour réaliser la tâche.

- La socialisation : là encore, l’essentiel ne se situe pas au niveau de l’apprentissage lui-même mais au niveau des attitudes sociales des élèves. Il s’agit d’apprendre à organiser un travail en commun, d’en planifier les étapes, de permettre à chacun de s’intégrer dans le groupe et de participer sans laisser personne de côté.

- Le monitorat : l’objectif est centré sur les apprentissages scolaires à caractère cognitif. Cependant ce n’est pas le maître qui est chargé d’« enseigner » mais un élève qui est placé en position de « moniteur ». Le travail en petits groupes joue alors deux rôles essentiels : utiliser l’hétérogénéité des élèves pour introduire un travail différencié ; permettre aux élèves placés en situation de moniteurs de renforcer leurs acquis (parce que « contraints à expliquer » aux autres).

- La confrontation : elle s’appuie sur les interactions entre les élèves pour la réalisation d’une tâche commune afin de déstabiliser des représentations ou des préjugés. Il s’agit de susciter la contradiction, de laisser les points de vue s’exprimer pour permettre à chacun d’argumenter.

- L’apprentissage proprement dit nécessite des objectifs cognitifs identifiés et suppose un fonctionnement du groupe strictement régulé par l’enseignant : règles de fonctionnement définies et respectées, préparation préalable, acquisition de connaissances nouvelles par un travail en commun. Le groupe permet alors, par confrontation, de dégager un concept, d'améliorer un travail individuel, de prendre conscience de phénomènes complexes...

La confusion entre tâche et objectif peut compromettre l’efficacité du travail en groupe. D’où l’importance, comme le souligne Philippe Meirieu, de bien préciser la nature de la tâche commune à réaliser et la nature des objectifs individuels poursuivis.

 

Travail en groupe et organisation de la classe

Si les bénéfices du travail en groupe ne sont plus à démontrer, mettre en place une telle organisation avec des jeunes enfants n’est pas toujours facile ! La situation peut rapidement devenir bruyante et difficile à gérer pour l’adulte, tant sur le plan matériel que dans l’attention portée à chacun.

Plusieurs types de groupes sont possibles selon les activités et les objectifs d’apprentissage fixés par l’enseignant :

- groupes de besoin pour des élèves rencontrant le même type de difficultés lors d’un apprentissage ; ce groupe est par définition « ponctuel » ;

- groupes de niveaux (ou homogènes) réunissant des élèves ayant acquis les mêmes compétences dans une discipline ou un domaine donnés. La tâche est adaptée à chaque groupe et tient compte des différences de niveau ;

- groupes hétérogènes avec une relation de type tutorat (ou monitorat) entre les élèves qui permet aux plus faibles d’apprendre et de s’imprégner des savoirs et des savoir-faire des autres, et aux tuteurs d’exercer et de renforcer ce qu’ils savent ou savent faire ;

- groupes spontanés pour permettre des rapprochements par affinités et l’épanouissement de l’affectivité, par exemple dans les coins jeux.

Pour mieux répondre aux besoins et au rythme de chacun, l’enseignant répartit les enfants en petits groupes ou en ateliers (de 4 à 6 ou 8 élèves en général), chaque groupe ayant une activité de nature différente (graphisme, numération, langage, principe alphabétique, peinture, modelage…) autour d’un objectif d’apprentissage commun. L’enseignant prend en charge un atelier spécifique et peut ainsi guider, conseiller, porter une attention particulière à un petit nombre d’élèves, notamment dans le cadre de l’aide personnalisée.

Le travail en groupe ne doit cependant pas exclure les autres formes d’activités qui sont complémentaires. L’enseignant veillera à alterner en classe les temps collectifs, les ateliers, le travail en groupe et les activités individuelles.

 

À découvrir aussi

 

Atelier Graphisme - Photos     
Un atelier pour s’entraîner au geste graphique à partir de belles photos issues des arts de l’espace et des arts décoratifs. L’enfant trace les motifs sur une ardoise transparente en deux étapes : il repasse d’abord sur la forme étudiée sur chaque photo, puis sur la bande graphique au bas de chaque fiche.

 

Numerocolor          NOUVEAU
Un atelier ludique pour connaître les nombres et les quantités de 1 à 6. Les enfants s’entraînent sur des collections variées et se familiarisent avec les différentes représentations du nombre. Fiches autocorrectives.

 

Atelier Cubes et Nombres      
Un atelier autocorrectif pour travailler les nombres de 3 à 10. Les enfants réalisent des collections de cubes dont la quantité est donnée sous diverses représentations. Permet un travail différencié.

 

Parlons des expressions     
4 jeux en 1 pour connaître les expressions du visage et réfléchir à leur signification. Les enfants prennent conscience que le visage est un élément essentiel d’expression et de communication non-verbale.

 

Topoprimo - Les contraires           NOUVEAU
Des activités de langage et de communication à plusieurs pour découvrir des mots de sens contraire, acquérir le vocabulaire des notions spatiales et les réutiliser. Matériel magnétique pour faciliter les manipulations.

 

Atelier des mots 3          NOUVEAU
Les enfants s’entraînent à construire des mots à l’aide de lettres cursives magnétiques. L’atelier permet d’établir des correspondances entre un mot à l’oral et à l’écrit, de connaître les trois manières d’écrire les lettres, d’apprendre à segmenter un mot en lettres et à l’écrire seul !