Le 12 Mars 2014

Découvrir et s'approprier les contes

Découvrir et s'approprier les contes

Nathalie LEPOUDER
Professeur des écoles en ZEP
présente son nouvel atelier, Contes à raconter, et propose différentes pistes d'activités à mettre en place avec les élèves.

Tout au long de l'école maternelle, les enfants sont mis en situation de découvrir et de s'approprier des contes. Les compétences développées sont variées : compétences communicatives (apprendre à écouter, s'entraîner à dire, à raconter...), compétences linguistiques (construire un récit, utiliser le style direct/indirect, maîtriser les changements de temps et de lieu, employer une syntaxe adaptée et un vocabulaire précis, etc.). À travers différentes activités narratives, les enfants apprennent progressivement à reconnaître les éléments d'un récit et à le structurer.
 

Pourriez-vous préciser les objectifs pédagogiques et les spécificités de votre atelier ?

Nous avons conçu cet atelier autour de trois grands objectifs pédagogiques :
- Faire mémoriser et verbaliser les contes étudiés en classe. Il s'agit pour les élèves d'être capables de les restituer oralement.
- Comprendre les liens entre les éléments constitutifs d'un conte. En maternelle, on se concentre principalement sur les personnages, les objets, les lieux et les actions, qui permettent de lier tous ces éléments entre eux.
- Reconstituer la chronologie des actions de l'histoire, étape par étape. Les élèves ont en effet souvent des difficultés à percevoir la succession des événements dans un récit.
Les quatre contes choisis (Le Loup et les sept chevreaux, Le Petit Poucet, Blanche Neige, Jack et le haricot magique) sont adaptés à des classes de moyenne et grande section. Ils ont des éléments clés en commun (l'ogre, la femme de l'ogre, la maison dans la forêt, le château...) qui permettent d'établir des liens et des passerelles entre les récits.
Dans l'atelier, les éléments constitutifs de chaque conte sont « physiquement » identifiés : les personnages et les objets se présentent sous la forme de figurines magnétiques et les lieux sous la forme de décors à poser sur des panneaux magnétiques. Dans ma classe, j'observe que le fait de pouvoir manipuler ces éléments permet de dédramatiser l'oral en situation collective. Les enfants ont spontanément envie de « toucher » les personnages et les objets, ils n'ont plus peur de se tromper en les nommant. Chacun peut s'exprimer sur des choses simples, même les plus timides !

Vous venez d'insister sur l'importance de faire manipuler les élèves. Comment cette priorité est-elle concrètement mise en œuvre dans la démarche de l'atelier, et en particulier pour la construction du schéma narratif ?

Nous avons conçu cet atelier autour de trois grands objectifs pédagogiques :
- Faire mémoriser et verbaliser les contes étudiés en classe. Il s'agit pour les élèves d'être capables de les restituer oralement.
- Comprendre les liens entre les éléments constitutifs d'un conte. En maternelle, on se concentre principalement sur les personnages, les objets, les lieux et les actions, qui permettent de lier tous ces éléments entre eux.
- Reconstituer la chronologie des actions de l'histoire, étape par étape. Les élèves ont en effet souvent des difficultés à percevoir la succession des événements dans un récit.
Les quatre contes choisis (Le Loup et les sept chevreaux, Le Petit Poucet, Blanche Neige, Jack et le haricot magique) sont adaptés à des classes de moyenne et grande section. Ils ont des éléments clés en commun (l'ogre, la femme de l'ogre, la maison dans la forêt, le château...) qui permettent d'établir des liens et des passerelles entre les récits.
Dans l'atelier, les éléments constitutifs de chaque conte sont « physiquement » identifiés : les personnages et les objets se présentent sous la forme de figurines magnétiques et les lieux sous la forme de décors à poser sur des panneaux magnétiques. Dans ma classe, j'observe que le fait de pouvoir manipuler ces éléments permet de dédramatiser l'oral en situation collective. Les enfants ont spontanément envie de « toucher » les personnages et les objets, ils n'ont plus peur de se tromper en les nommant. Chacun peut s'exprimer sur des choses simples, même les plus timides !
Les élèves peuvent aussi être responsables à tour de rôle d'un objet ou d'un personnage, ce qui favorise un temps de parole mieux équilibré.

Quels prolongements peut-on mener à partir de votre atelier une fois que les histoires sont bien connues des élèves ?

Un premier travail autour d'une « salade de contes » pourra être proposé, à partir du poster et des figurines magnétiques. Le poster offre une vue d'ensemble des univers exploités dans les quatre contes. Il amène les élèves à inventer une nouvelle histoire, à trouver un début, une fin et à structurer leur récit. Cette activité est très motivante car chacun peut apporter sa contribution – si petite soit-elle !
Outre les multiples exploitations en art plastique, j'encourage dans ma classe la création de « boîtes à contes ». Il s'agit de regrouper dans une boîte les éléments constitutifs d'un conte ou d'un album, en y incluant des objets concrets : des petites branches de sapin pour symboliser la forêt, du sable pour le chemin, les cailloux du Petit Poucet, etc. Autant de pistes pour aider les élèves à s'approprier les récits. La boîte à conte pourra être présentée et offerte à une autre classe à l'occasion d'un temps d'activité commun.

Activité à mettre en place : La salade de contes

Réaliser une « salade de contes » consiste à mélanger plusieurs contes que les enfants connaissent déjà pour inventer leur propre histoire. Cette activité présente un double intérêt pédagogique :
- Elle permet aux élèves de s'approprier plus encore les contes étudiés en classe, dans la mesure où ils doivent pouvoir en restituer des éléments oralement et les mettre en cohérence, sous la forme d'un jeu et dans une autre situation de communication.
- Les élèves ont des éléments « connus » sur lesquels s'appuyer pour se lancer et faire travailler leur imagination ! Ces éléments jouent le rôle de déclencheurs.
Pour lancer l'activité, on peut sélectionner quelques figurines magnétiques (deux à trois personnages et/ou objets) et, éventuellement, choisir le lieu de départ sur le poster. Pas à pas, les élèves vont ensuite construire leur histoire et déplacer les figurines sur le poster, en empruntant le chemin qui mène aux univers exploités dans les quatre contes. Par exemple, le Petit Poucet peut croiser le loup sur son chemin, ou Blanche-Neige aller se réfugier dans la maison de l'ogre, etc.

 

À découvrir aussi

Atelier des contes
55 cartes illustrées pour mettre en images, raconter ou imaginer un conte.

Contes à imaginer
72 grandes cartes pour inventer des contes et enrichir le langage d’évocation.

Marionnette Contes Le Petit chaperon rouge
Ensemble de marionnettes pour raconter et animer les histoires.