Interview de Hervé LE MADEC
Enseignant spécialisé à l’école Jacques Brel de Saint-Brieuc
Auteur des Digicartes et 16 petites grenouilles

Dans les Programmes de l'école maternelle (BO, hors-série n°3 du 19 juin 2008), il est rappelé dès les premières lignes : « L'école maternelle a pour finalité d'aider chaque enfant, selon des démarches adaptées, à devenir autonome [...]. »
Hervé LE MADEC nous apporte des précisions sur l’un des objectifs prioritaire de l’école maternelle : apprendre aux enfants à devenir autonome.

Pourquoi est-ce un objectif prioritaire, dès la maternelle ?

« Le petit être humain a la particularité d'être extrêmement dépendant à la naissance, et il va de soi que l'acquisition de son autonomie est l'un des objectifs majeurs, si ce n'est l'objectif qui engloberait tous les autres. Paradoxalement, l'autonomie consiste à penser et agir seul, avec et parmi les autres, ce qui fait de l'école l'un des lieux privilégiés pour la développer.
L'acquisition progressive de cette compétence transversale, dont la portée va bien au-delà des apprentissages scolaires, est un des éléments constructifs de la personnalité de l'enfant. Elle répond également à un besoin social, à la place et à la responsabilité de chacun dans le collectif. »

Pourriez-vous préciser quels en sont les enjeux ?

« En tant qu'enseignant et parent, j'observe les enjeux considérables qui se jouent au travers des capacités d'évoluer de façon autonome. Qu'elle soit physique, affective, ou intellectuelle, l'autonomie débute par des premières aptitudes à la séparation. Elle se construit au travers des expériences que l'enfant engage spontanément, et par les situations que son entourage, la famille, l'école... mettent en place. À l'école, le travail en autonomie permet à chacun de travailler à son propre rythme, que ce soit au niveau de la séance ou d'une progression. Il en résulte une meilleure individualisation du travail, et une modification considérable des statuts de la réussite et de l'échec - la réussite devenant le repère principal. Chaque fois que l'on individualise et que l'on donne le temps à l'enfant, chaque chose non réussie devient chose « non encore réussie », et non un échec ! »

Concrètement, comment « apprendre » l'autonomie aux enfants dans la classe ?

« - Tout d'abord, rappelons que l'autonomie est porteuse de séparation, et donc d'angoisse chez l'enfant. Avant d'engager un travail en autonomie, il est très important de créer un cadre rassurant et bien repéré : si le contexte met l'enfant en situation de risque ou d'inquiétude, des attitudes de refus, d'opposition ou de fuite peuvent se développer, qui sont à l'opposé du but recherché !
- Il ne faut pas demander tout, tout de suite, à l'enfant. Il faut se donner du temps, « lui donner du temps », et veiller à ce que les premières expériences de l'autonomie soient gratifiantes.
- Il est utile également de s'interroger sur les paramètres de l'activité envisagée : quelles nouveautés comporte-t-elle (matériel, lieu, vocabulaire, règles, consignes, méthodes de travail, nombre de participants, rôles des uns par rapport aux autres…) ? Car il est difficile de demander de l'autonomie à un enfant si trop de paramètres sont nouveaux. La démarche est donc à concevoir sous forme d'une progression. »

Les Instructions officielles précisent qu'il s'agit d'aider chaque enfant à devenir autonome « selon des démarches adaptées ». Selon vous, quelles démarches faut-il privilégier ?

« L'autonomie en effet ne se décrète pas, ne s'enseigne pas : elle se vit. Pour construire de réelles capacités, il faut une pratique réelle d'activités en autonomie. Concrètement, l'enseignant peut organiser la démarche dans sa classe autour de plusieurs axes :
- la connaissance du groupe et la définition d'objectifs simples, différenciés;
- la mise en place de temps et d'habitudes de travail en autonomie;
- l'utilisation d'un matériel spécifique sur lequel l'enfant pourra prendre appui, mesurer et prendre conscience de ses progrès.

Il ne faut pas se priver de grandes ambitions, mais on sait que ce travail est question de réglages, de patience, de douceur. Il ne s'agit pas d'avoir une approche brutale, de lancer l'enfant dans le grand bain pour qu'il apprenne à nager, même si la méthode peut fonctionner parfois. »

Vous concevez depuis plusieurs années des outils d'apprentissage ingénieux, orientés vers la manipulation et le travail en autonomie. Pourriez-vous préciser ces choix pédagogiques ?

« Nous sommes tous, dans nos classes, en recherche permanente de réponses aux situations spécifiques, collectives et individuelles que nous rencontrons. Bien sûr, il y a les programmes, les constantes du travail, mais chacun de nous « crée » en adaptant sans cesse sa méthode, son rythme, ses outils, pour répondre au mieux aux besoins de chaque enfant, dans un contexte d'hétérogénéité des groupes. C'est à ce titre que j'ai commencé à concevoir des outils pédagogiques en privilégiant trois points :
- L'outil doit avoir une efficacité chez des enfants en difficulté d'apprentissage (et pas seulement chez ceux qui ont des facilités) : il doit leur permettre d'entrer dans un processus de réussite. Il faut pour cela qu'il soit épuré, rassurant, ludique, qu'il puisse être utilisé partiellement ou progressivement pour permettre à chacun d'entrer dans la réussite et le progrès.
- La manipulation : c'est en effet selon moi l'un des meilleurs relais pour acquérir un grand nombre de concepts, notamment en mathématiques. Elle favorise par ailleurs la pratique de l'expérimentation, de l'auto évaluation et du travail en autonomie.
- Le langage : c'est un autre aspect très important. L'enjeu est d'être capable de mettre des mots précis sur des concepts clairement acquis. »

Découvrez deux produits innovants orientés vers la manipulation et le travail en autonomie conçus par Hervé LE MADEC :

Collection Digicartes
Des cartes autocorrectives spécialement conçues pour favoriser l’autonomie de l’enfant dans plusieurs domaines d’activités.

16 petites grenouilles
Un jeu de stratégie et d’anticipation, à deux ou en équipe.

À découvrir aussi :

Fichier Logico - Repérage Spatial
Matériel ludique et autocorrectif pour aborder les premières notions de repérage spatial.

Discolud - Rimes et syllabes
3 jeux d’association et d’observation sur la rime, le nombre de syllabes ou le phonème initial.

Mission animaux
Jeux d’observation et de rapidité pour découvrir plus de 250 animaux.