Le 16 Mai 2014

Aménager les espaces de jeu

Aménager les espaces de jeu

Anne-Marie FONTAINE
Psychologue et formatrice auprès des professionnels de la Petite Enfance / Maître de conférences en Psychologie du développement à l’université Paris-X

Proposer un espace de jeu, des jouets et des activités adaptés à l’âge des enfants est l’une des préoccupations majeures des professionnels de la Petite Enfance. Cet enjeu monopolise leur réflexion et une grande partie de leur temps de travail quotidien. Ils se posent régulièrement la question :
« Les aménagements que nous faisons, les jouets que nous proposons correspondent-ils aux besoins des enfants ? »

 

Anne-Marie Fontaine, psychologue et formatrice auprès des professionnels de la Petite Enfance depuis plus de vingt ans, a travaillé au CNRS, puis a été maître de conférences en Psychologie du développement à l’université Paris-X. Collaboratrice de René Zazzo, elle a étudié le développement de la conscience de soi chez le jeune enfant (réactions devant le miroir). Puis avec Jacqueline Nadel et Alain Legendre, elle a travaillé sur le développement des premières interactions entre enfants et sur l’impact de l’aménagement de l’espace et des jouets proposés en crèche sur ces interactions. Dans le cadre du Mag’, elle répond à nos questions.

Principaux ouvrages

  • Assistantes maternelles. L'observation : outil indispensable, Éditions Philippe Duval,
    à paraître en mai 2014.
  • L'observation professionnelle des jeunes enfants, un travail d'équipe, Éditions Philippe Duval, 2011.
  • L’enfant et son image, Éditions Nathan, 1992 (épuisé).

De quelle manière, selon vous, l’aménagement de l’espace et les jouets qui y sont proposés influencent-ils les comportements des enfants en collectivité ?

« Généralement, les professionnels pensent d'abord à répondre aux besoins de motricité, de manipulation, d'exploration, de langage, de créativité des enfants... Mais ce que l'on sait moins, c'est l'impact de l'aménagement de l'espace et des jouets sur les interactions entre enfants, et aussi sur les interactions adultes-enfants. Les jeunes enfants sont en effet très sensibles à leur environnement matériel immédiat qui peut, selon les propositions des adultes, permettre des jeux riches et des interactions agréables, ou bien au contraire déclencher des déplacements, des pleurs, des moments d’excitation, des conflits entre enfants ou avec les adultes. Des recherches auxquelles j’ai participé ont été menées à partir de centaines d’observations dans les crèches. Elles montrent que l’on peut agir de façon très efficace sur ces comportements ».

Vous préconisez de privilégier les « zones de jeu » plutôt que les espaces ouverts ? Pourriez-vous préciser pourquoi ?

« Les premières recherches menées par les anglo-saxons avec des enfants
de 4 à 6 ans avaient déjà montré que les zones de jeu délimitées par des meubles ou des cloisons (par exemple coin dînette, coin garage, toboggan, ferme, table avec matériel...) sont très attractives, favorisent une activité plus « posée » des enfants et les jeux coopératifs. À l’inverse, les salles de jeu proposant un large espace ouvert (avec des meubles contre les murs ou à terre) incitent aux mouvements, aux jeux actifs, et provoquent un peu plus de conflits.
Les recherches d’Alain Legendre* en crèche ont montré les mêmes résultats pour les enfants de 2 à 3 ans, observés en jeux libres : ils préfèrent jouer dans les petites zones de jeu plutôt qu'au milieu de la pièce, et c'est là qu'ils ont le plus d'interactions amicales entre eux ». * Alain Legendre, architecte et psychologue, directeur de recherche au CNRS, laboratoire de Psychologie environnementale.

Pourquoi les enfants préfèrent-ils les « zones de jeu » ? À quels besoins correspondent-elles ?

« Les zones de jeu répondent bien à plusieurs besoins des jeunes enfants accueillis en collectivité :
- Elles facilitent leurs capacités d’attention en leur permettant d’être plus au calme, moins sollicités par les stimulations ambiantes et moins interrompus dans leurs jeux.
- Elles facilitent la communication encore fragile avec les autres enfants, grâce à la proximité physique et au nombre de partenaires restreint, à un âge où les enfants utilisent une communication de proximité principalement préverbale (gestes, mimiques) et ne peuvent avoir d’interaction suivie qu’avec un ou deux partenaires à la fois.
- Elles facilitent des activités qui durent plus longtemps, grâce à la proposition dans le même lieu de matériels de jeu nombreux et combinables. À noter que le coin le plus plébiscité dans toutes les salles de jeu est la dînette ! Le besoin d’expérimenter tous les rapports des objets entre eux (dedans, dessus, dessous, à côté, etc.) est caractéristique du développement cognitif de l'enfant dans les premières années ».

 

Pistes & Astuces pour un aménagement des espaces de jeu réussi !

 

  • Les coins jeux sont intéressants pour les enfants dès l’âge de 18 mois environ, dès lors que les jeux se diversifient et que les interactions entre enfants commencent à se développer.
  • Selon la superficie de la salle de jeu , il est intéressant d'avoir plusieurs zones de jeu pour mieux répartir l'attraction des enfants dans l'ensemble de la pièce.
  • Si une zone de jeu devient trop attractive , ne pas en limiter l’accès, mais réfléchir plutôt à en augmenter la surface, à la dédoubler (on peut proposer deux coins dînette dans une salle de crèche), ou à en créer d’autres en rassemblant des jeux combinables (par exemple des animaux, des camions et du matériel de construction) dans une même zone plutôt que de les proposer isolément dans la pièce (avec parfois l'interdiction de les déplacer, ce qui empêche les enfants de jouer durablement en inventant des combinaisons d'actions).
  • La combinaison d'objets la plus utilisée par les jeunes enfants dans leurs jeux étant la relation « contenant-contenu », il est important de proposer toujours des contenants vides (boîtes, sacs, etc.) en même temps que les jouets, en s’assurant que la taille des contenus est appropriée à celle des contenants.
  • Certains jeux (garages, fermes) sont beaucoup plus utilisés lorsqu'ils sont proposés sur une table que lorsqu'ils sont posés à terre. Dans ce dernier cas, la coordination œil-main est rendue difficile, masquée parfois par le toit de la ferme ou les étages du garage.
  • Pour rendre les enfants plus autonomes dans leurs jeux , il faut réfléchir au rangement des jeux, à leur visibilité pour les enfants (différente s'ils sont à disposition sur une étagère, dans des bacs ou des tiroirs, plutôt que dans un coffre où tout est mélangé).

 

Des idées pour vos espaces de jeu !

Les meubles d’activités Clorofile
Une gamme de meubles à combiner entre eux, en ligne ou en angle pour créer des espaces selon vos besoins et vos envies.

Mini Actibaby
2 modules de premiers parcours de motricité pour évoluer vers la marche en toute sécurité.

 

Nous vous conseillons également