Le 08 Septembre 2014

Lettres et mots : développer l’observation fine

Lettres et mots : développer l’observation fine

Interview d’Annick MAUFFREY et Isdey COHEN
Anciens professeurs de français à l’IUFM de Paris
Auteurs de l’Atelier Imagimots

L'une des compétences indispensables pour entrer dans l'apprentissage de l'écrit consiste à s'intéresser aux lettres et aux mots, à savoir les observer et les différencier avant de les mémoriser. C'est cette compétence que l'Atelier Imagimots vise à mettre en place chez les enfants. Une observation fine de quelques mots usuels qui se ressemblent éveille leur curiosité et leur fait prendre conscience qu'il ne s'agit pas de suites de lettres inorganisées à saisir globalement... Une lettre de plus ou de moins, une lettre modifiée ou déplacée peuvent changer radicalement le sens d'un mot ! Découvrez l’interview des auteurs Annick Mauffrey et Isdey Cohen.

Vous constatez que l'un des obstacles à l'entrée des élèves dans l'écrit résulte d'une approximation dans l'appréhension globale des mots. Pouvez-vous expliquer ?

« Savoir lire, c'est lire juste, sans confusions ni erreurs. La prise de sens s'opère alors aisément. Bien sûr, les lecteurs adultes, même les plus compétents, peuvent commettre des erreurs de lecture, mais comme ils disposent du savoir lire, ils peuvent se corriger rapidement (retour en arrière, relecture, etc.), toujours pour s'assurer du sens.
Pour l'enfant qui débute dans l'apprentissage et qui, par conséquent, ne dispose pas des automatismes et n'est pas encore en situation de recherche active de sens, les erreurs et approximations constituent un frein, brouillent les pistes et peuvent même bloquer l'apprentissage. De plus, elles induisent de mauvaises habitudes qui gêneront l'approche future de l'écrit, tant pour la lecture fluide que pour l'acquisition de l'orthographe. »

Quelles approches l'enseignant peut-il concrètement mettre en œuvre ?

« À l'école maternelle, l'écrit est abordé de multiples manières. La reconnaissance des lettres et la mémorisation de quelques mots reconnus globalement (prénoms, jours de la semaine, mots issus de la lecture d'albums ou du projet de classe) constituent l'une de ces approches. L'enfant reconnaît et mémorise ces mots à partir d'une prise d'indices partielle : lettre initiale ou finale, lettres accentuées, longueur du mot, etc., ce qui est largement insuffisant pour une différenciation rigoureuse de mots proches. L'Atelier Imagimots a pour objectif d'affiner et d'approfondir cette prise d'indices, en ne proposant de travailler que sur des mots de sens différent mais de forme proche (par exemple PION/POINT/PONT ; CLOU/CHOU ; TOUR/TROU…). »

Vous proposez également de compléter le travail sur la prise d'indices...

« Oui, bien sûr ! Nous avons observé une tendance caractéristique dans les classes et chez les enfants de notre entourage : vers 5/6 ans, quand l'enfant est prêt à apprendre à lire, qu'il commence à tenter de déchiffrer de lui-même, on constate qu'il s'attache à reconnaître et à associer des lettres sans tenir compte de leur position respective. Par exemple, il ne voit que L et A, que la suite soit LA ou AL, et il oralise [la]. On peut d'ailleurs faire la même constatation quand on lui demande d'associer des suites (assez longues) de jetons de formes et couleurs différentes : de nombreuses erreurs d'inversions sont souvent commises. L'ordre est moins pertinent que la reconnaissance des éléments. Il semble donc que ce soit là une phase incontournable de l'apprentissage.
Notre expérience nous a montré que cette phase peut être rapidement dépassée grâce à des activités du type de celles proposées dans l'Atelier Imagimots. Pour un apprentissage de la lecture dans de bonnes conditions, il est important qu'à l'entrée du CP, les enfants aient compris l'importance de la place relative des lettres : c'est ce qui a guidé notre choix des mots de référence. »

Quelles autres pistes proposeriez-vous aux enseignants pour guider et accompagner leurs élèves vers l'observation fine des mots ?

« On peut entraîner les élèves à une prise d'indices pertinente en multipliant les repères à partir de mots proches. Par exemple les prénoms de la classe : Marie/Marine ; Marie/Martin ; Fleur/Flore... ou d'autres mots choisis : lapin/sapin ; valise/salive ; étang/géant, etc. L'important est de lire les mots à haute voix pour bien faire prendre conscience aux enfants que la position des lettres joue sur le sens d'un mot, et de ne pas les limiter à la seule observation visuelle !
Les activités de mots croisés sont une autre piste : non seulement elles plaisent aux enfants, mais elles mettent en évidence, en cas d'erreur, des problèmes dans les croisements de mots.
Les jeux de repérage horizontal ou vertical avec des mots déjà connus familiarisent avec le sens de lecture (de gauche à droite, de haut en bas) et ouvrent à de nombreuses observations sur la manière dont les mots sont écrits dans la classe, dans la rue, sur des affiches, des emballages de la vie courante... Ces observations peuvent se faire également dans les différentes graphies (capitale, script, cursive).
Enfin, nous encourageons à multiplier les activités sur les mots de la classe connus des enfants, en particulier de les faire épeler. »

Les séries d'exercices sont toutes construites de la même façon et sont de difficulté équivalente. En revanche, chaque série présente une progression de difficulté croissante. Pouvez-vous nous présenter cette progression ?

« Précisons tout d'abord que chaque série est différenciée par un fond de couleur (vert, orange, rouge, bleu) et comporte 2 planches modèles illustrées avec 8 mots écrits horizontalement sur l'une et verticalement sur l'autre.

Planches modèlesPlanches modèles

Chaque série comprend 8 planches d'exercices (numérotées de 1 à 8) avec des mots choisis d'une part pour leur fréquence et leur graphie conforme aux habitudes du français, d'autre part pour leur ressemblance graphique.

  • Sur les planches 1 et 2, les mots sont écrits horizontalement ou verticalement dans un ordre différent des planches modèles.
  • Sur les planches 3 et 4, les mots sont écrits horizontalement ou verticalement avec un mot intrus à rejeter (par exemple lion au lieu de pion ; poulpe au lieu de poule).
  • Sur les planches 5 et 6, les mots sont écrits dans les deux sens, avec ou sans mot intrus.
  • Sur les planches 7 et 8, l'enfant trouve des mots croisés avec des combinaisons de 2, 3 puis 4 mots.

En complément, le guide pédagogique comprend 12 fiches exercices et 3 pages d'annexes à reproduire pour aider à l'observation fine de mots provenant de chaque série (manipulation de lettres, mots à compléter, etc.) et pour placer les enfants en situation de recherche, essais, erreurs, corrections à partir de plusieurs types d'activités (manipuler, flécher, écrire, colorier, découper et coller). »

> Atelier Imagimots

À découvrir aussi :

Lettromot
Un jeu de hasard et de stratégie pour s’entraîner à recomposer des mots simples.

Atelier Boîtes à lettres
Pour apprendre les lettres de l’alphabet dans les 3 graphies et s’initier au principe alphabétique.

Atelier des mots 1
Pour découvrir le fonctionnement du code écrit par la reconnaissance de lettres et de mots.

Digilettres cursives - Offre spéciale
Pour s’entraîner individuellement au tracé des lettres et mémoriser les gestes d’écriture.