Le 05 Octobre 2017

Des comptines et des sons

Des comptines et des sons

Dès leur plus jeune âge, les enfants éprouvent du plaisir à jouer avec les mots et leurs sonorités. Par les rythmes, les assonances et les rimes qu’elles proposent, les comptines et les formulettes, même dénuées de signification, entretiennent ce plaisir et contribuent à l’éveil de la conscience phonologique. Cette approche favorise la reconnaissance des unités sonores de la langue française, étape indispensable pour apprendre ultérieurement à lire et à écrire.

 

Qu’entend-on par « conscience phonologique » ?

La conscience phonologique peut être définie comme « l’aptitude à se représenter de manière consciente et explicite la langue comme une séquence d’unités sonores (mots, syllabes, phonèmes). Elle se traduit par la capacité à percevoir, à identifier ces composants phonologiques et à les manipuler en pratiquant diverses opérations : repérer puis localiser, enlever, substituer, ajouter, combiner, etc. » (Ressources Maternelle – Mobiliser le langage dans toutes ses dimensions, Partie II.2.)
Les enfants doivent être capables notamment de différencier des phonèmes entendus (discrimination auditive) et de les produire (prononciation), en particulier les sons-voyelles, plus faciles à percevoir que les sons-consonnes. Le Programme pour l’école maternelle précise que « c’est par eux qu’il convient de commencer sans vouloir faire identifier tous ceux qui existent en français et sans exclure de faire percevoir quelques sons-consonnes parmi les plus accessibles ».

 

Les choix théoriques de l’atelier Les amis des sons

Destiné aux enfants de petite, moyenne et grande sections, l’atelier Les amis des sons propose comme point de départ 10 comptines amusantes pour travailler la perception et l’articulation de 10 sons-voyelles en finale de mots. Chaque comptine met en scène un animal ou « personnage référent » du son étudié : par exemple la fourmi pour le son [ i ], le lama pour le son [ a ], le chimpanzé pour le son [ e ], etc.

Comme les auteurs le détaillent dans le guide pédagogique, ces 10 sons-voyelles ont fait l’objet d’un choix phonologique : ils se définissent par opposition les uns aux autres et constituent un système minimal pour les voyelles, sur les 16 que comprend le système phonologique standard du français. Par ailleurs, aucune progression phonologique n’est imposée, laissant ainsi à l’enseignant la possibilité d’introduire les sons de son choix, dans un ordre adapté à la progression de sa classe et aux capacités de ses élèves. L’enseignant peut commencer par faire étudier à la suite des sons éloignés (par exemple [ a ], [ i ], [ o ]) puis des sons proches (par exemple [ o ] et [ Ø ], [ a ] et [ ɑ̃ ]).

 

Quelles activités phonologiques ?

Le matériel offre la richesse de pouvoir s’utiliser de différentes façons : découverte collective, manipulations libres, activités en atelier autonome ou dirigé par l’enseignant.

Pour chaque son-voyelle, les enfants commencent par découvrir la comptine et les formulettes associées : ils écoutent, mémorisent, « disent et redisent » pour s’entraîner à identifier les sons. Ils recherchent ensuite le son récurrent à la rime puis lui associent des mots « amis » (c’est-à-dire se terminant par le même son-voyelle) grâce à différents jeux d’écoute et de devinettes décrits précisément dans le guide pédagogique. Cette étape qui permet de travailler la discrimination perceptive auditive fine est essentielle et est suivie d’activités en atelier dirigé ou autonome avec le support des 120 cartes mots (12 cartes par son-voyelle) :
- enrichissement du bagage lexical par la reconnaissance et l’apprentissage des 12 mots correspondant à chaque son-voyelle,
- apprentissage et manipulation de formules, formulettes et chansonnettes en substituant chaque voyelle par le son-voyelle travaillé,
- manipulations avec les prénoms de la classe,
- identification de sons intrus, etc.

Le Programme précise que « pour pouvoir s’intéresser aux syllabes et aux phonèmes, il faut que les enfants se détachent du sens des mots ». Il s’agit donc de pouvoir aussi s’intéresser à la forme et à la structure des mots indépendamment de leur signification.
Lorsque les enfants auront travaillé sur plusieurs comptines, l’enseignant pourra introduire des activités d’opposition de sons, de préférence avec des sons très différenciés au début, puis avec des sons proches pour les élèves plus avancés.

 

Les amis des sons        NOUVEAU
Ce nouvel atelier propose un ensemble d’activités phonologiques ludiques et structurées à partir de comptines amusantes pour travailler la perception et l’articulation de 10 sons-voyelles en finale de mots.
Un guide pédagogique très complet accompagne l’enseignant.

 

 

Atelier Tris - Les amis des sons      NOUVEAU
Pour approfondir le travail sur les sons-voyelles à la rime tout en exerçant les capacités de tri et de classement des enfants. Les élèves s’entraînent à discriminer les sons en les travaillant d’abord 2 à 2 (« j’entends / je n’entends pas »), puis tous ensemble.

 

À découvrir :

 

Atelier des sons   
Pour développer l’écoute et la discrimination auditive par des activités de repérage et de distinction de 26 sons : 10 sons-voyelles et 16 sons-consonnes.
Un matériel entièrement magnétique qui permet de jouer en autonomie.

 

Logico Primo - Phonologie MS    
Un jeu autocorrectif pour s’entraîner à identifier et repérer des rimes, des phonèmes et des syllabes. S’utilise avec le support Logico Primo.

 

 

Les chansons à... rimer et articuler   
Un recueil de chansons originales reliées entre elles par une histoire pour explorer les sonorités de la langue... en chantant et en s’amusant !